Impact scientifique: Mentorat inspiré

Janvier est le mois national du mentorat, mais certains recherchent un apprentissage axé sur les STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) tout au long de l’année.

Raisa Sabiha

Raisa Sabiha, une étudiante à Young Men and Women in Charge participe à une session d’atelier dans les bureaux de CSL Behring à King of Prussia, Pennsylvania. Young Men and Women in Charge encourage les relations de mentorat axées sur les STIM entre les étudiants et les professionnels en entreprise comme CSL Behring.


 
Raisa Sabiha se considère comme une personne responsable et après avoir discuté avec de nouveaux mentors, la lycéenne veut que le reste du monde aussi la voie comme telle.

Ce trait de personnalité, selon la jeune fille de 16 ans, fait d’elle un solide argument de vente, car elle navigue sur un réseau complexe et déroutant de routes et de détours qui l’amèneront à faire des études et, éventuellement, sur le marché du travail.

Mais un argument de vente n’est utile que si vous savez comment, quand et pourquoi l’utiliser. Raisa n’était pas consciente de l’importance d’une marque personnelle jusqu’à ce qu’elle l’apprenne des mentors de CSL Behring lors d’un atelier dans les bureaux de l’entreprise mondiale de biotechnologie située à la périphérie de Philadelphie. La séance de mentorat faisait partie d’une collaboration continue entre CSL Behring et Young Men and Women in Charge (YMWIC), un programme axé sur l’intérêt des jeunes de la région de Philadelphie à travailler dans les domaines dits STIM: sciences, technologie, ingénierie et mathématiques.

«Les étudiants sont très académiques, intéressés par la science, l’ingénierie et la médecine», déclare Dr Pamela Thorpe, Directrice et médecin de la sécurité clinique chez CSL Behring et qui a discuté avec les étudiants à l’atelier. «Nous avons pensé que ce serait une bonne occasion pour eux d’apprendre à rédiger un curriculum vitae, à mener des entretiens, mais surtout à apprendre à vendre leur propre marque.»

Le YMWIC est l’idée de Richard Roberts III, un ingénieur électricien qui voulait donner aux étudiants un aperçu de première main du type de carrière passionnante qu’il appréciait. Richard Roberts a voyagé à travers le monde en travaillant sur des projets engageants pour de grandes entreprises, une expérience rendue possible grâce à un intérêt et une formation dans des domaines comme les mathématiques et les sciences.

Visiter des employés d’entreprises comme CSL Behring permet aux chercheurs du YMWIC de se dire «Peut-être que je peux le faire» explique Richard Roberts.
Grâce au partenariat de CSL Behring avec le YMWIC, les étudiants ont exploré des domaines tels que l’analyse, l’informatique et la robotique. Les universitaires du YMWIC obtiennent également un aperçu de première main des carrières médicales en visitant les installations de CSL, comme un centre de don de plasma.

L’engagement de CSL Behring à encourager les jeunes ayant un intérêt à poursuivre une carrière dans les STIM s’étend à travers le monde. Chaque année, des douzaines d’étudiants visitent l’un des sites de fabrication de CSL dans le cadre d’un partenariat avec le National Youth Science Forum d’Australie. L’installation de CSL Behring à Marbourg, en Allemagne, participe activement à un programme conjoint avec des universités locales afin d’intégrer les femmes qui étudient dans les domaines des STIM sur le lieu de travail.

Les programmes ne sont pas seulement un moyen de faire un retour à la communauté, c’est aussi une chance de faire un investissement précoce dans les étudiants que Thorpe considère comme de futurs «moteurs» parmi les professionnels des sciences et de la médecine.

«C’est vraiment de cela qu’il s’agit, créer un pipeline pour les futurs professionnels des STIM» a déclaré Richard Roberts au cours de l’atelier sur la marque personnelle.

Après avoir jeté un coup d’œil de l’intérieur sur la voie d’une carrière gratifiante dans le domaine des STIM, Raisa espère un jour rejoindre les niveaux de ceux qui lui font découvrir les ficelles du métier.

« Je veux aller à l’école pour étudier la médecine», affirme-t-elle. «Je veux aider les gens à l’avenir et c’est l’un de mes buts ultimes. »